EPTA ACTEUR DE LA RÉVOLUTION 4.0 AU CONGRÈS OPEN TO INNOVATION !

17/07/2017

Marco Nocivelli, Président et Administrateur délégué du Groupe Epta, parmi les intervenants du congrès Open to Innovation ! organisé par la Fédération Anima dans le cadre exclusif du Musée National des Sciences et des Techniques « Léonard de Vinci » à Milan. Fil rouge de cette manifestation, un approfondissement sur le présent et sur les développements futurs de la technologie italienne, dans un scénario 4.0.

Des personnalités éminentes du monde politique et institutionnel, comme le ministre du Développement économique Carlo Calenda, le Président de Confindustria Vincenzo Boccia et le Président d’Anima Alberto Caprari ont échangé avec les entrepreneurs sur la signification de la « nouvelle compétitivité » et sur les instruments d’accompagnement des entreprises au développement entreprises. La matinée a été enrichie par l’expérience de spécialistes et d’entrepreneurs qui, au cours d’une table ronde intéressante et féconde, ont apporté leur témoignage. En  illustrant « leur » Industrie 4.0, ils ont présenté les stratégies développées et les lignes directrices pour les années à venir, pour transformer les usines en smart factories et pour participer à l’évolution culturelle et économique de l’Italie.

Marco Nocivelli – Président et Administrateur délégué du Groupe Epta déclare : « Nous avons entamé cette révolution dès le début des années 2000. Le chemin parcouru depuis l’installation du premier robot jusqu’aux lignes automatisées présentes dans tous nos sites de production a été long et complexe, mais le temps nous a donné raison et il est clair aujourd’hui que l’innovation est vraiment le futur d’une industrie manufacturière qui veut vaincre le défi de la compétitivité internationale. » Et il conclut : « Nous autres, entrepreneurs, devons nous laisser guider par la curiosité et chercher de nouvelles voies et de nouvelles solutions en vue d’une amélioration continue. Adopter l’Industrie 4.0 ne signifie pas seulement acheter de nouvelles machines, mais aussi changer la manière de gérer les procédures et les usines, tout en changeant notre manière de voir les choses. »